Malgré le 4 à 0, il faut y croire – La Dépêche