Et si le rugby n’était qu’un prétexte ? – La dépêche